7 questions à Franck Lagorce, consultant France Télévisions pour les 24 Heures du Mans

Pour la 85ème édition des 24 Heures du Mans, plus de 15 Heures de direct seront consacrées par France 2 et France 3 à la retransmission de cette course mythique. Et en guise de surprise, on pourra suivre la course pour la première fois, en live, toute la nuit sur France 3. Pour en savoir plus sur ce dispositif mis en place par le Groupe France Télévisions, Sportsmarketing.fr a posé 7 questions à Franck Lagorce, que l’on retrouvera en tant que consultant pour suivre la classique mancelle sur les antennes de France TV : sur asphalte, sur neige comme sur terre, en sprint comme en endurance, Franck Lagorce a piloté sa carrière « de casque en casque ». Et du casque au micro aujourd’hui où il partage sa passion pour les sports mécaniques avec toujours autant d’enthousiasme.

Bruno Cammalleri : Pouvez-vous nous faire l’état des lieux des forces en présence de ce cru 2017 des 24 Heures du Mans ? Et quel sera l’équipage qu’il faudra suivre de près cette année ?

Franck Lagorce : Je crois vraiment que ce sera très costaud du coté de chez Toyota ! Il y a une claire domination de leur part et ils vont faire ce qu’il faut pour gagner. Il ne faut pas oublier que Toyota l’a récemment emporté lors des 6H de Silverstone. Et à Spa avec le trio Anthony Davidson, Kazuki Nakajima, Sébastien Buemi. Mais pour ce cru 2017 des 24 Heures du Mans, j’ai très envie de regarder les performances de Nicolas Lapierre et de Stéphane Sarrazin. Ce sont deux revanchards, ils ne jouent pas le championnat et ils seront donc à suivre de près. Cette voiture peut créer la surprise.

Bruno Cammalleri : Le Groupe France Télévisions a annoncé qu’il restera diffuseur en clair des 4 prochaines éditions des 24 Heures du Mans, jusqu’à 2020. Pourquoi était-ce important pour France TV de renforcer son lien avec cette épreuve ?

Franck Lagorce : Car c’est la plus belle course au Monde ! Bien sur il y a le Grand Prix de Monaco et les 500 Miles d’Indianapolis, mais Le Mans est la seule course qui regroupe un ensemble de valeurs formidables que sont le partage, la passion et l’accessibilité. C’est la course la plus impressionnante, la plus difficile et la plus belle. Pour moi il n’y a rien de plus fort, c’est une épreuve à part. Unique et mythique. Au-delà de la compétition, c’est avant tout un état d’esprit : on est effectivement prêt à toutes les concessions pour gagner Le Mans. Tout y est différent, dans la préparation en amont, l’état d’esprit, le partage. Et puis il ne faut pas oublier que l’on a 5 à 6 relais à faire sur la piste, ce qui est très éprouvant. C’est donc une bonne nouvelle que France Télévisions renforce son lien avec Le Mans. C’est vraiment important d’avoir une chaîne généraliste (comme France 2 et France 3) pour la plus belle course du monde !

Bruno Cammalleri : Quel sera le dispositif spécifique qui sera mis en place par le Groupe France Télévisions pour suivre ces 24 Heures du Mans 2017 ?

Franck Lagorce : L’idée sera d’offrir encore plus de visibilité aux 24 Heures du Mans. Notamment en amont de la course, pour faire découvrir l’épreuve et ses enjeux. Et puis pendant la course bien sur, avec pour la première fois cette année à partir de 0h35 jusqu’à 11h45 sur France 3 la course en direct toute la nuit. France Télévisions proposera une couverture encore plus étendue des 24 Heures du Mans : c’est ce qu’attendait le public de la part de France 2 et France 3.

Bruno Cammalleri : Parlez-nous de votre rôle de consultant durant la course. Et comment préparez-vous cette épreuve en tant que consultant ?

Franck Lagorce : Comme tout consultant, c’est avant tout un privilège de continuer le partage de cette passion. C’est une chance extraordinaire de pouvoir faire partager sa passion au plus grand nombre. D’ailleurs, j’ai la chance de suivre l’Endurance depuis de nombreuses années. On travaille beaucoup pour préparer la course, sur l’aspect technique en particulier. On ne fait pas que relater un fait de course. On essaie dans nos interventions et commentaires de s’ouvrir au plus grand nombre, d’être large dans nos explications, tout en étant pointu pour les fans et les passionnés qui nous suivent. J’ai beaucoup de plaisir à partager l’antenne avec Lionel Chamoulaud, Gaël Robic, Christian Choupin et Benoît Durand. Nous avons la chance d’avoir un public large. Il faut donc faire comprendre ce qu’est l’Endurance, ce qu’apporte l’Endurance, et techniquement il y a beaucoup à expliquer aux téléspectateurs. C’est un exercice plus difficile mais encore plus intéressant car il y a aussi une partie du public à conquérir.

Bruno Cammalleri : On peut percevoir à l’antenne votre plaisir d’être consultant. C’est le prolongement naturel de votre carrière de pilote ?

Franck Lagorce : Oui, c’est un métier passionnant que l’on fait pour des passionnés ! C’est aussi une remise en question permanente car au fil des années les pilotes et les écuries changent, les circuits et les règlements aussi… Mais sur le plaisir d’être consultant, je pense que ce plaisir, cette passion et cet enthousiasme sont des valeurs qui doivent être transmises. Je suis parti de rien et j’ai la chance de vivre de cette passion donc il faut rendre tout cela et transmettre ce plaisir.

Bruno Cammalleri : En tant que consultant, mais aussi en tant que pilote, que pensez-vous de la médiatisation de l’Endurance ? Et quelles seraient les idées ou préconisations que vous pourriez donner dans le but d’améliorer l’expérience du téléspectateur, en terme de visibilité de ce sport, mais aussi en terme de lisibilité de la course ?

Franck Lagorce : Je souhaite avant tout saluer le travail de l’ACO (l’Automobile Club de l’Ouest), de la FIA, du Président de l’ACO Pierre Fillon, du Directeur général du WEC Gérard Neveu. Ils ont fait un travail remarquable, notamment depuis 2012 où ils ont relancé le championnat du monde d’Endurance. Il faut aussi parler de toutes les avancées réalisées en terme de sécurité pour les pilotes. Avec tout ce travail réalisé, l’Endurance est vraiment devenue agréable à suivre, le niveau de pilotage est exceptionnel et on peut aussi percevoir cette ambiance si particulière. L’Endurance est bien faîte et c’est elle qui, par exemple, a apporté des avancées comme les Slow Zones (qui permettent de neutraliser une portion définie du tracé, elles ont été utilisées pour dégager une voiture accidentée, réparer un rail de sécurité ou encore nettoyer des débris). Il y a lors d’une course d’Endurance trois fois plus de pilotes et de voitures sans forcément avoir plus de moyens… Et du coté des catégories le spectacle offert sur la piste est excitant : en LMP1 les moyens sont colossaux, c’est la pointe de la technologie, presque un laboratoire en terme de technique et d’innovation, en LMP2 les écarts sont resserrés et en GT le spectacle est permanent !

Bruno Cammalleri : Formule 1, Formule 3, Endurance, Rallye Raid, Trophée Andros, vous êtes un pilote tout terrain. Si vous deviez nous parler d’une ou deux courses marquantes de votre carrière…

Franck Lagorce : On se souvient forcément de sa première course en F1. C’était au Grand Prix d’Australie 1994, à Adelaïde. Ca reste dans la tête comme une image très forte, en particulier le départ et la vue de l’aileron arrière de la voiture juste devant sur la grille. Mais en même temps j’ai eu la chance de faire tellement de courses… J’ai aussi le souvenir de savoir à quel point il est difficile de gagner une course au Trophée Andros. Difficile mais avec beaucoup de joie aussi. Il y a tellement de choses incroyables dans une carrière que j’ai du mal à sortir un évènement précis. Tout cela était magnifique et continue à travers mon rôle de consultant.

**************

Et voici le détail du dispositif de France TV pour suivre la course :

Samedi 17 juin : à partir de 14h50 en direct sur France 2 pour assister à la présentation des équipes, au départ et à la première partie de la course, jusqu’à 17h50. A 20h10, France 3 prendra le relais avec une émission Tout Le Sport spécial 24 Heures du Mans, présentée par Lionel Chamoulaud, pour revenir sur les temps forts des premières heures de course.

Dimanche 18 juin : à partir de 0h35 jusqu’à 11h45 sur France 3 en direct, toute la nuit, puis à partir de 12h55 sur France 3 pour vivre la fin de la course, l’arrivée et le podium.

**************

Crédit photos : DR ACO

Crédit photo Franck Lagorce : Bruno Bade

 

Comments

comments

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*