Un consortium chinois actionnaire de Manchester City

Manchester City a annoncé qu’un consortium de fonds d’investissement chinois a investi 378 M€ pour acheter 13% du capital de la holding du club (City Football Group) qui détient notamment New York City et Melbourne City, valorisant l’intégralité de l’ensemble à plus de 2,9 milliards d’euros.

Manchester City s’offre ainsi un partenaire de choix dans l’un des marchés au plus fort potentiel de la planète. Manchester City devrait organiser de nombreuses tournées estivales en Chine dans les prochaines années. L’objectif à travers ce méga deal est également la création d’un club de Super League chinoise qui vienne s’ajouter à la galaxie CFG dans les prochaines années.

CFG Global Map

Dans leurs communiqués respectifs, les protagonistes ont indiqué que leur partenariat est « une plate-forme » sans équivalent qui va permettre à CFG et ses clubs de se développer en Chine et plus largement à l’international. « Le football est le sport le plus joué et regardé dans le monde et, en Chine, la perspective d’une croissance exponentielle de ce jeu est unique et excitante », s’est réjoui le président de CFG, Khaldoon Al Mubarak. « Nous avons en conséquence travaillé dur pour trouver les bons partenaires et créer la structure idoine pour construire sur ce potentiel incroyable qui existe en Chine, tant pour CFG que pour le football en général. »

Hasard ou non, en visite au Royaume-Uni, le président chinois Xi Jinping avait visité les installations du club mancunien le 23 octobre dernier accompagné du premier ministre britanique, David Cameron. A cette occasion, Sergio Aguero avait réalisé un selfie avec les deux hommes.

En Chine, le football ­connaît une relance sous l’impulsion des pouvoirs publics, en premier lieu du président Xi Jinping. Les grosses entreprises chinoises sont également impliquées, comme par exemple Alibaba, devenu partenaire du Guangzhou Evergrande, le plus grand club du pays. La FIFA ne cache pas son ambition d’y organiser une Coupe du Monde d’ici 2030. Les investisseurs chinois visent également l’international puisqu’en janvier, le géant de l’immobilier et des médias, Wanda Group, avait déboursé 45 M€ pour prendre 20 % de l’Atletico Madrid. Wanda, propriété du milliardaire Wang Jianlin, avait également racheté pour plus d’un milliard d’euros l’agence de marketing sportif Infront Sport & Media, en février dernier.

Wanda Infront

En ce qui concerne le marché français, les investissements chinois sont pour l’instant plus modestes : le FC Sochaux est devenu le premier club français à passé sous contrôle chinois, racheté par le groupe Ledus. Le Stade de Reims a conclu en 2013 un accord avec Sanei, entreprise basée à Shanghai, spécialisée dans les ascenseurs longue distance à grande vitesse. Huaweï, troisième fabricant de smartphone mondial, est sponsor du PSG depuis avril 2014 (et de plusieurs clubs européens).

Pour rappel, Manchester City a dégagé un chiffre d’affaires de 498 M€ lors de la saison 2014-15 (bénéfice net de 15,15 M€). En prenant compte des nouveaux contrats de droits TV, qui prendront effet en 2016-17 et de l’agrandissement du stade, les dirigeants masculines tablent sur des revenus de l’ordre de 700 M€ d’ici 2018. On comprend mieux les rumeurs concernant une arrivée sur le banc de Pep Guardiola la saison prochaine et d’une possible venue de Lionel Messi himself avec un salaire avoisinant les 900 000 €/ semaine …

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*